Cafetière égoïste

40,00

Description

Verseuse cafetière égoïste ancienne

Verseuse cafetière égoïste ancienne en métal argenté. Poignée isolée par deux bagues de couleurs noires afin d’empêcher que la chaleur se diffuse. Initiales gravées G.H.B. Sur le dessous un poinçon mentionnant les lettres V.D.TOR ainsi que deux chiffres 2 et 42. Dans son jus.

Dimensions : H 15 cm x Diamètre de la base 7 cm.

Le saviez-vous ? Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, on utilise un seul modèle de verseuse indifféremment pour le thé, le café et le chocolat. Aussi, la théière et la cafetière commenceront à se différencier dans la seconde partie du règne de Louis XIV. Les premières cafetières, datant de la fin du XVIIe siècle, ont un fond plat, de type « marabout », selon la bouilloire orientale qui porte ce nom. Bien qu’en Europe, la filtration remplacera la préparation « à la turque, on conservera les deux formes. Ainsi la cafetière devient une verseuse, nom sous lequel on la désigne le plus souvent à l’heure actuelle. À la fin du XVIIIe siècle, l’éventail des cafetières va de l’«égoïste» très en vogue au XIXe siècle pour une seule tasse, à la familiale, un grand modèle pour dix à douze tasses. La majorité fabriquée essentiellement dans le Nord. De Louis XIV à Napoléon III, la forme de la cafetière changera peu : silhouette en balustre reposant sur trois patins, manche saillant ou anse en S en ivoire ou en ébène tourné, déversoir en bec, plus rarement en col de cygne. Seuls varient quelques détails du décor : pans coupés, côtes droites ou torses, etc…

 

Vous aimerez peut-être aussi la tisanière en métal argenté ancienne

Informations complémentaires

Poids 500 g