Brocant’hier Boutique en ligne

Brocant’hier Boutique en ligne objets anciens chinés pour vous avec passion, la touche authentique de votre intérieur.

Venez découvrir

Brocant'hier Boutique en ligne

Brocant’hier , boutique en ligne

objets anciens chinés pour vous

avec passion qui rêvent de devenir

la petite touche authentique

de votre intérieur.

Brocant’hier Boutique en ligne objets anciens chinés pour vous avec passion, la touche authentique de votre intérieur.

Petite commode meuble de maîtrise
Porte manteau extensible ancien
Théière Art Déco ancienne
Bouillotte dorsale ou ventrale ancienne
Psyché en bronze argenté ancien
Flacon à parfum de Gellé Frères
Accessoires de barbier anciens chromés
previous arrow
next arrow

vignette-côté-cuisine-

Ustensiles, casseroles,
vaisselle, verrerie, porcelaine,
boites en métal,
appareils électriques...

Ustensiles, casseroles,
vaisselle, verrerie, porcelaine,
boites en métal,
appareils électriques...

Ustensiles, casseroles,
vaisselle, verrerie, porcelaine,
boites en métal,
appareils électriques...

côté cuisine
vignette-côté-décoration

Affiches, peintures,
lithographies,
bibelots,
pendules, réveils,
luminaires,
bougeoirs, lampes...

Affiches, peintures,
lithographies,
bibelots,
pendules, réveils,
luminaires,
bougeoirs, lampes...

Affiches, peintures,
lithographies,
bibelots,
pendules, réveils,
luminaires,
bougeoirs, lampes...

côté décoration
vignette-côté-brocante

Objets de collections,
objets insolites,
objets utiles
ou bien déco...

Objets de collections,
objets insolites,
objets utiles
ou bien déco...

Objets de collections,
objets insolites,
objets utiles
ou bien déco...

côté brocante
vignette côté livres et vieux papiers

Livres anciens,
bandes dessinées,
magazines,
illustrés,
canivets,
lettres manuscrites...

Livres anciens,
bandes dessinées,
magazines,
illustrés,
canivets,
lettres manuscrites...

Livres anciens,
bandes dessinées,
magazines,
illustrés,
canivets,
lettres manuscrites...

côté livres et vieux papiers

Psyché en bronze argenté ancien
Psyché en bronze argenté ancien

Pourquoi appelle-t-on un miroir une psyché ? Son origine remonte à la fin du XVIIIe siècle, période où les grands miroirs avaient un coût abordable. Le terme vient de « Psyché », une princesse de la mythologie grecque, et désigne l’âme en grec. Aussi, devenu accessoire indispensable à tout geste beauté, le miroir en accompagne aussi les diktats. Dans l’Antiquité, il représentait d’abord un outil de connaissance de soi. En fait, l’apparence des hommes symbolisait le reflet de leur âme. Il faut savoir que les Pères de l’Église encourageaient les fidèles à se livrer à l’inspection de leur faciès pour méditer sur leurs péchés. Et au  Moyen Âge, il y avait l’idée que le miroir conservait quelque chose de la personne qui s’y regardait.

Pourquoi appelle-t-on un miroir une psyché ? Son origine remonte à la fin du XVIIIe siècle, période où les grands miroirs avaient un coût abordable. Le terme vient de « Psyché », une princesse de la mythologie grecque, et désigne l’âme en grec. Aussi, devenu accessoire indispensable à tout geste beauté, le miroir en accompagne aussi les diktats. Dans l’Antiquité, il représentait d’abord un outil de connaissance de soi. En fait, l’apparence des hommes symbolisait le reflet de leur âme. Il faut savoir que les Pères de l’Église encourageaient les fidèles à se livrer à l’inspection de leur faciès pour méditer sur leurs péchés. Et au  Moyen Âge, il y avait l’idée que le miroir conservait quelque chose de la personne qui s’y regardait.

Pourquoi appelle-t-on un miroir une psyché ? Son origine remonte à la fin du XVIIIe siècle, période où les grands miroirs avaient un coût abordable. Le terme vient de « Psyché », une princesse de la mythologie grecque, et désigne l’âme en grec. Aussi, devenu accessoire indispensable à tout geste beauté, le miroir en accompagne aussi les diktats. Dans l’Antiquité, il représentait d’abord un outil de connaissance de soi. En fait, l’apparence des hommes symbolisait le reflet de leur âme. Il faut savoir que les Pères de l’Église encourageaient les fidèles à se livrer à l’inspection de leur faciès pour méditer sur leurs péchés. Et au  Moyen Âge, il y avait l’idée que le miroir conservait quelque chose de la personne qui s’y regardait.

Le saviez-vous ?

"

"

"